Dondet et la région des 4000 îles : du 18/11/10 au 22/11/10

Laos, Laos le 22/11/2010

 

Nous atteignons la tranquille Dondet, le jeudi en fin de matinée. Sur les conseils des français rencontrés à Ban Papho, nous nous mettons directement en quête de la guesthouse de Papa Lam. Il faut marcher un peu (pas de route ici, ni de voiture) et bien chargés avec nos gros sacs + le soleil qui cogne, nous sommes en nage. Mais, on le trouve ce fameux Papa Lam. Effectivement, la famille est très accueillante et l'on sent de suite que ce sont des personnes adorables. De plus, le lieu est parfait, seulement trois bungalows qui surplombent le Mékong du haut de leurs pilotis et pas de voisins proches, mis à part les champs de riz.

Une fois installés, nous déjeunons. Le service est ultra long, mais nous sommes les seuls clients des lieux. On se repose, puis Papa Lam et un ami arrivent. Nous buvons une lao beer avec eux et tentons de converser. Son ami parle un peu anglais. On évoque l'idée de louer des vélos et aussitôt dit, aussitôt fait. Pas le temps de dire ouf, que deux vieilles bicyclettes nous attendent. Bon, on ne les voulait que pour le lendemain. Bah ça fera leur pourboire. Puis, nous prenons la direction du terrain de boules le plus proche (autre reste de la présence française comme la baguette) guidés par nos deux acolytes. En chemin, nous croisons de frais débarqués. Ben vante les mérites de notre guesthouse à tout va. Deux suisses francophones (Charlotte et Dim) décident de venir voir. Et voilà comment commence une belle rencontre! On retourne donc tous aux bungalows pour la visite. Ils sont conquis. Pendant qu'ils se reposent, on va jouer à la pétanque. On y rencontre un français (Aurélien) et une tchèque (Renata) qui vivent en Suisse (décidément la Suisse est en force!), bien sympas et qu'on recroisera dès le lendemain. Dû au nombre, je ne peux jouer. Pas grave, je suis vite occupée avec les filles du proprio qui essaient de m'apprendre les danses traditionnelles. Le soir, nous dînons et papotons avec C+D à l'hôtel.

Vendredi matin, petit-déjeuner tardif ensemble également. Puis, nous enfourchons nos vélos, décidés à faire au moins le tour de l'île ce jour. C et D partent de leur côté en marchant car C a mal à une patte et ne peut pédaler. Nous avons prévu de nous retrouver plus tard dans la journée. Comme on a bien traîné, il est près de midi lorsqu'on décolle. Nous passons devant la ferme organique du français qui nous avait été conseillée. On se dit que le petit-déj n'est pas si loin mais notre ventre gargouille tout de même. Nous entrons donc et faisons connaissance avec ce français de quasi trente ans installé ici depuis un an avec sa compagne australienne. Le resto n'est ouvert que depuis une semaine. Avant, ils ont passé leur temps à tout construire eux-mêmes. On déjeune d'une excellente tarte à la ratatouille et salade fraîche du potager monté lui aussi sur pilotis (de bambou). Sur ces entrefaits arrivent nos deux p'tits suisses qui ont commencé leur tour dans le sens opposé. Puis, alors qu'on en est au café, ce sont Aurélien et Renata qui débarquent. Une fois tout le monde rassasié, on se lance dans une partie de pétanque endiablée qui nous occupera tout l'après-midi. On se sent bien ici, en plus ils passent de la bonne musique.

Quand le jour commence à décliner, nous partons tout de même et nous arrêtons sur une terrasse un peu plus loin à l'ouest histoire d'admirer le coucher de soleil, toujours avec nos p'tits suisses. On rigole bien ensemble. Après, bin c'est l'heure du dîner, tiens! On reste sur place et c'est très bon. Nous rentrons ensuite vers l'hôtel. En chemin, les gars stoppent en "centre-ville" à la recherche d'un scooter pour le lendemain. Avec Cha, on continue. Mais on papote tellement qu'on en rate l'hôtel. D'un seul coup on se dit que ça commence à faire loin, on lève le nez et on ne reconnait pas les lieux. On fait donc demi-tour. Et puis surgit un phare dans la nuit. C'est Papa Lam sur son scoot qui nous avait vu passer et qui, au retour des gars qui étaient surpris de ne pas nous trouver dans nos bungalows, est venu nous chercher. On aura bien fait rire tout le monde!

On se couche de bonne heure car le lendemain matin, nous allons réveiller les dauphins d'eau douce sur Don Khône et une bonne heure de vélo nous attend pour rejoindre l'embarcadère. C+D eux louent le scoot de Papa Lam (pour jambe C) qui leur prépare aux petits oignons.

Le samedi, nous sommes tous les quatre au débarcadère à 7h30 précises. Nous faisons notre petit tour de bateau non sans quelques émotions car le moteur fait des siennes. Nous avons l'honneur d'observer quelques gentils dauphins qui se montrent un peu tout de même, malheureusment pour nous pas assez pour une jolie photo! Ils sont très craintifs car les techniques de pêche locales, notamment dynamite, ont été pour eux quelque peu traumatisantes. Nous filons ensuite vers les chutes de Li Phi qui sont assez impressionantes. 200 mètres plus loin il y a même une plage pour se baigner, zut pas nos maillots! En fait, l'eau du Mékong ne m'inspire pas des masses.

Puis, nous reprenons la direction de Dondet et de la ferme organique qui n'est pas loin du pont. En chemin, Ben et moi croisons des p'tits mignons qui s'installent sur nos vélos. Nous voilà avec des passagers "clandestins"! C'est un peu scabreux, d'autant plus que mon vélo ne freine pas, mais ces petits bouts rient tellement! Ils sautent en route, deux ou trois maisons avant la ferme en nous faisant de grands au-revoirs. A la ferme un succulent déjéuner nous attend. Mais le terrain de boules est pris d'assault par des petits voisins. Les gars se rabattent sur le jeu de fléchettes. Puis, nous rentrons faire la sieste, la fatigue nous gagne. Au retour, on croise Aurélien et Renata et on prévoit de tous se retrouver le soir.

Nous passons une très bonne soirée tous ensemble et quand le bar ferme, vers minuit, nous avons envie de prolonger encore un peu. On entend de la musique au loin. C'est une fête locale au niveau du temple au milieu de l'île. Nous voilà alors partis à travers les rizières. On a quand-même un peu peur d'arriver comme un cheveu sur la soupe, que nenni! Nous sommes sûrement les derniers étrangers de l'île encore debouts à rejoindre la fête. Drôle de vision que toute cette débauche et ces détrituts devant le temple. Nous ne nous attardons pas.

Le dimanche, grosse grosse grasse mat, puis journée farniente, pour les gars pêche avec Lele (petit fils de Papa Lam), puis organisation de notre départ vers le Cambodge le lendemain. Lorsqu'on rentre de dîner, une surprise nous attend. Nos hôtes nous ont préparé la cérémonie de la "Good Luck". Nous sommes tous assis sur une paillasse autour d'un mini autel avec offrandes. Un monsieur récite des prières, puis toute la famille nous attache un petit bracelet de fil blanc pour nous porter chance pour le reste de notre périple. Comme la famille est nombreuse, on n'a jamais que sept bracelets au poignet droit! On clotûre tout ça par un p'tit verre de lao lao (alcool de riz local). Quand je vous disais qu'ils étaient adorables!

C'est ainsi que se termine notre agréable séjour au Laos : un expérience humaine que nous vous recommandons vivement!

Marion

 

Commentaires

 Charlotte
hihihi, que de bons souvenirs!

je vous rappelle que nous avons attendu nos quatre pancakes durant une heure, et que si nous ne nous étions pas inquiétés pour nos omelettes, on en serait resté sur notre faim! Supers moments avec vous les amis, c'était une magnifique rencontre!

on vous embrasse, à bientôt!



Autres récits de voyage

Autres Recits en Laos